Nous combinons la nature et la science pour prendre soin de vous

Allergies saisonnières ? Apprenez à mieux contrôler vos symptômes

Allergies saisonnières ? Apprenez à mieux contrôler vos symptômes

Publicado: 23 juin, 2020 - Actualizado: 30 novembre, 2020 | 7'

Démangeaisons du nez, de la gorge, des yeux et du palais, congestion nasale et éternuements, essoufflement, toux, respiration sifflante... le printemps arrive et avec lui, les allergies aussi. La Société espagnole d'allergologie et d'immunologie chronique estime que huit millions d'Espagnols souffriront des symptômes fastidieux causés par l'allergie lors du changement de saison. Ci-dessous, vous pouvez lire ce qu'est l'allergie, quels sont ses symptômes et comment la traiter.

Qu'est-ce que l'allergie et pourquoi se manifeste-t-elle ?

alergia

L'allergie est une réponse de notre système immunitaire à un agent extérieur qu'il identifie comme un agresseur, bien que dans des conditions normales, il ne le soit pas. Donc, les allergies - mieux vaut utiliser le pluriel car il existe de nombreux types d'allergies - se produisent parce que notre système immunitaire produit des anticorps qui identifient un allergène (aussi appelé antigène) comme nuisible.

Les allergènes sont des éléments comme le pollen, le venin d'abeille, les piqûres d'insectes, les acariens de la poussière, les fongiques (moisissures) ou une multitude d'aliments comme les noix dans le cas des allergies alimentaires. Lorsque notre organisme entre en contact avec eux, il réagit en présentant divers symptômes qui peuvent affecter la peau, le système digestif ou les voies respiratoires, donnant lieu à des réactions allergiques.

Les causes de l'allergie printanière

Le déclencheur le plus courant de l'allergie printanière est le pollen ou les pollens. Les pollens sont de petits grains produits dans le système reproducteur mâle des plantes et se propagent dans l'air ou par les insectes vers le système reproducteur femelle de la plante. Le système immunitaire des personnes allergiques identifie ces pollens comme des ennemis qui, en réponse, libèrent de l'histamine, la substance responsable des troubles typiques des personnes allergiques.

Allergie au pollen : les graminées

Le pollen des graminées - blé, seigle, riz, maïs, orge - est celui qui a la plus grande capacité allergénique, car ce type de plante est très répandu non seulement en Espagne, mais aussi dans toute l'Europe. De plus, leur capacité à provoquer une allergie est très étendue dans le temps, car leur floraison se fait à des moments différents selon l'espèces de graminées. Les autres pollens qui provoquent des allergies sont ceux des arbres ; en Espagne on peut citer surtout l'olivier, le cyprès et le bananier.

Allergie au soleil

En été, nous exposons notre peau à de fortes doses de radiations solaires et cette exposition génère, chez certaines personnes, la fameuse allergie solaire ou encore nommée lucite estivale - le terme d'allergie n'est pas tout à fait exact, car nous ne savons s'il s'agit bel et bien d'une allergie ou plutôt d'un autre type de réaction. Ce nom englobe diverses affections cutanées qui se caractérisent par le fait que le symptôme le plus fréquent est une éruption cutanée. On ne sait pas exactement pourquoi cette réaction se produit chez certaines personnes et pas chez d'autres. On sait qu'il peut y avoir un facteur héréditaire, mais il peut aussi être lié à l'interaction avec certains médicaments ou plantes.

Une autre situation que de nombreuses personnes identifient comme une "allergie au soleil" alors qu'en fait elle ne l'est pas, est l'éternuement photique ou réflexe d'éternuement dû à la lumière vive. Il s'agit d'une réaction involontaire vécue par de nombreuses personnes qui regardent directement le soleil et éternuent. Lorsque l'on réagit à un éternuement, beaucoup le confondent avec une allergie au soleil ou à la lumière vive, mais ce qui se passe en réalité, c'est qu'il y a une surstimulation du nerf optique, stimulé par la forte lumière stimule à son tour le nerf trijumeau qui déclenche l’éternuement.

Comment savoir si je souffre d'une allergie printanière ?

Il existe plusieurs indices qui peuvent vous aider à savoir si vous souffrez d'une allergie printanière. Les signes d'alertes habituels : gorge et yeux qui démangent ou difficultés respiratoires. Toutefois, c'est un professionnel de la santé qui devra confirmer ou d'écarter rapidement une allergie, afin d'éviter toute complication qui pourrait entraîner une réaction allergique grave, comme l'asthme allergique.

Symptômes de l'allergie printanière

Les personnes souffrant d'allergie printanière connaissent bien ces signes car, généralement, ceux-ci réapparaissent chaque année à la même période.

Les manifestations cliniques les plus fréquentes des personnes souffrant de pollen ou d'allergie au pollen sont les suivantes :

  • Larmoiement, démangeaisons, rougeur des yeux, conjonctivite.
  • Rhinite allergique ou inflammation de la muqueuse nasale, entraînant une congestion et un écoulement nasal.
  • Asthme bronchique causé par l'exposition aux allergènes.
  • Éternuements
  • Gonflement des paupières inférieures
  • Fatigue et fatigue
  • Irritabilité, tristesse
  • Des difficultés à s'endormir
  • Maux de tête

Comment faire la différence entre un simple rhume et une allergie ?

Bien souvent, on peut confondre l'allergie et le rhume, car ils ont en commun certains symptômes tels que les éternuements, les mucosités ou l'écoulement nasal. Cependant, elles sont très différentes et il y a quelques indices pour ne pas les confondre :

En cas d'allergie, le mucus est généralement plus liquide et transparent (nez qui coule). Le mucus du rhume est verdâtre ou jaunâtre et a tendance à être plus épais.

Les personnes souffrant d'allergies ont souvent des rougeurs, démangeaisons, yeux qui piquent ou larmoiements, ce qui n'est pas le cas des personnes souffrant d'un rhume. La conjonctivite est également fréquente en cas d'allergie, mais pas en cas de rhume ou de grippe.

Ce qui différencie finalement les deux pathologies, c'est sa durée. Comme vous le savez, un simple rhume doit être vaincu en une semaine ou dix jours, tandis que l'allergie peut durer, si elle n'est pas traitée, toute la saison printanière.

Tests d'allergie et types d'allergies

La seule façon de détecter si nous sommes allergiques ou non est de contacter l'allergène. Le test d'allergie cutané (ce qui veut dire "par la peau") permet de confirmer à quoi tu es allergique.

Les tests cutanés les plus fréquents sont les "prick-tests". La technique du « prick-test » consiste à introduire la substance à tester dans la couche superficielle de la peau en pratiquant une micro-piqûre à l'aide d'une lancette destinée à cet effet, à travers une goutte de la solution à tester déposée sur la peau (habituellement sur la face antérieure de l'avant-bras). En 15 ou 20 minutes seulement, nous aurons les résultats. Si la peau présente une couleur rougeâtre, nous pourrons confirmer qu'il s'agit d'une allergie. Ce type de test est particulièrement utile pour les allergies causées par le pollen.

Il existe d'autres tests utilisés pour détecter les allergies, tels que les tests intradermiques et épicutanés (ou patch tests).

Il est important de noter que les tests d'allergie sont pratiquement indolores et ne provoquent que de légères démangeaisons de sorte que vous ne devez pas avoir peur de les effectuer si vous pensez être atteint.

J'ai une allergie printanière, et maintenant ?

Avoir un diagnostic précis de l'allergie printanière est la première étape pour prendre des mesures afin de réduire vos symptômes. Il y a deux façons de le faire : éviter l'exposition à l'allergène ou utiliser des traitements qui aident à atténuer les manifestations cliniques de l'allergie.

Comment soulager les symptômes d'allergie ?

Selon le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (R.N.S.A.), vous pouvez suivre quelques conseils pour prévenir et atténuer les réactions allergiques.

  • Évitez les excursions et les activités en plein air pendant les jours de " pic ".
  • Vérifiez les niveaux de pollen par le biais d'applications mobiles ou de sites web approuvés par le R.N.S.A., comme par exemple le site officiel www.pollens.fr/ qui indique les niveaux de pollen présents dans l'air.
  • Fermez les fenêtres de la maison. Aérez la maison à midi et pendant une courte période.
  • Utilisez des lunettes de soleil à l'extérieur et un masque qui couvre votre nez et votre bouche les jours de forte pollinisation.
  • Voyagez avec les vitres de la voiture fermées.
  • Utilisez un filtre anti-pollen dans votre voiture et des purificateurs d'air adaptés à la superficie de votre maison.
  • Prenez une douche et changez de vêtements lorsque vous rentrez chez vous pour éviter que le pollen ne pénètre dans votre nez, vos yeux ou votre bouche.
  • Si vous vivez à la campagne, ne tondez pas votre gazon et ne taillez pas vos arbustes les jours de forte pollinisation.
  • Ne vous auto-médicamentez pas ; consultez votre professionnel de la santé en cas de symptômes allergiques.

Que faut-il prendre en cas d'allergie printanière ?

Il existe différents traitements pour contrôler l'allergie printanière. Les plus utilisés sont les suivants :

L'immunothérapie, aussi appelée désensibilisation ou vaccination allergénique. Le traitement consiste à administrer le même élément que celui qui provoque l'allergie afin que notre système immunitaire le neutralise. Il s'agit d'un traitement à long terme qui a obtenu de très bons résultats.

Médicaments. Certains médicaments parviennent à bloquer l'action de l'histamine, la substance responsable des symptômes caractéristiques de l'allergie. Il existe également des décongestionnants nasaux qui soulagent les symptômes.

Compléments alimentaires. Certains compléments alimentaires à base d'ingrédients végétaux comme l'Immortelle d'Italie ou la groseille noire qui contribuent au bien-être du nez et de la bouche, ou bien avec du ginseng rouge (Panax ginseng) qui contribue au fonctionnement normal du système immunitaire.

Helicriso (Helichrysum italicum)

 



DÉCOUVREZ LE CATALOGUE DE PRODUITS MARNYS